Le Colonel Mamadi Doumbouya a instruit l’organisation du procès du massacre du 28 septembre avant la date anniversaire de cet crime de masse, pour cette année. A deux semaines de cette date, la justice guinéenne se veut rassurante. Elle promet tenir un jugement « dans les règles de l’art ».

« Les infrastructures devant abriter le procès sont prêtes. Tout le matériel est sur place. La formation des magistrats est en cours… Le ministère de la Justice, par ma voix, rassure l’opinion nationale et internationale de la tenue de ce procès dans les règles de l’art, dans l’intérêt de la loi et pour l’image de la Guinée en tant que pays de droit », Yaya Kairaba Kaba, porte-parole du département en charge de la justice.

Une importante mission de la Cour Pénale Internationale a récemment séjourné a Conakry. Les émissaires de la CPI ont rencontré plusieurs acteurs et effectué une visite sur le chantier du Tribunal ad-hoc devant abriter le procès. Satisfaits des préparatifs, ils ont réitéré l’engagement de leur institution à accompagner la Guinée, dans cette aventure.

Dans le cadre du dossier du massacre du 28 septembre, l’instruction judiciaire s’est achevée en 2017. Une douzaine de prévenus ont été inculpés et renvoyés devant un tribunal. C’est le cas de Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte en Guinée.

Ib’n KABA