Blaise Compaoré reconnaît avoir commis du tort à Thomas Sankara, le père de l’indépendance du Burkina Faso. Condamné par contumace à perpétuité pour l’assassinat de ce dernier en 1987, l’ancien chef d’Etat chassé au pouvoir a finalement « demandé pardon » à la famille Sankara. Il l’a fait dans un message qu’il a adressé au peuple burkinabé.

Ci-dessous, la copie de son message

Moussa Moïse