Les citoyens de Conakry font face à une réelle crise d’insalubrité. Des tas d’immondices jonchent presque chaque artère de la ville. Cette situation aurait même poussé le chef de l’Etat a ordonné ce jeudi à ses ministres, de descendre dans les rues, pour une opération d’assainissement. Derrière cet état de fait se cache une tout autre situation.

Selon une source qui s’est confiée à la rédaction d’Actujeune.com, au-delà du fait que la décharge où sont stockées les ordures de la ville est pleine, l’Etat aurait bloqué le paiement des factures de la société Piccini qui s’occupe de la gestion de ce dépotoir. Cela empêche tout travail de création d’espace de stockage sur le site. Conséquence, les ordures règnent en maîtres sur les artères.

« Depuis que la société Piccini gère la décharge, ses factures accusent toujours un retard de paiement. Cela fait maintenant 12 mois, les factures de la société sont impayées par l’Etat Guinéen et cela retarde dans l’exécution des travaux à une certaine période. Vous imaginez si les factures sont payées à l’hivernage donc il est impossible que les travaux se réalisent et les moments pour les travaux, l’Etat refuse de payer les factures de la société. Vous voyez les tas d’ordures au bord de la route ces temps-ci, parce-que la décharge est pleine il n’y a plus d’espace aménagé où mettre les ordures comme avant. Et cela a des impacts », nous a expliqué une source digne de foi qui a préféré garder l’anonymat.

Par ailleurs, notre interlocuteur nous confie également que les employés de l’Agence nationale de la salubrité publique (ANASP) sont dans une situation de galère. Ces derniers feront maintenant « sept (7) mois sans être payés », rapporte-t-il.

Sur ordre du Colonel Mamadi Doumbouya, les ministres ont entamé ce jeudi, une opération d’assainissement dans les communes de Conakry. Cette initiative du chef de la junte risque de ne pas porter fruit si le problème de décharge et de gestion continue des ordures n’est pas réglé.

Actujeune.com