Trois responsables du FNDC, dont le coordinateur national ont été mis aux arrêts manu militari, hier mardi. Dans la foulée des réactions, le vice-président du CNT déplore l’acte diligenté par le parquet général. Elhadj Seny Facinet Sylla estime que le Procureur général à travers ces interpellations, a porté un coup dur au dialogue politique en construction.

« Lorsqu’un remède risque de causer plus de dégâts que le mal qu’il est censé guérir, réfléchissons plus d’une fois à son application. L’intervention d’hier au siège du FNDC est perçue par plus d’un comme une manœuvre de déstabilisation du cadre de dialogue politique en construction. Quelle que soit son intention à la base (Dieu est meilleur Juge), le Procureur Général à travers cette opération a porté un coup dur à ce programme hautement sensible. Il est incompréhensible qu’il n’ait pas eu le feeling nécessaire à faire prévaloir dans pareil contexte. Puisse Allah aider à recoller les morceaux. Aameen ! », a écrit le conseiller national, sur sa page Facebook.

Sur ces arrestations, le Procureur général a brisé le silence ce mercredi. Alphonse Charles Wright n’a pas manqué de justifier la brutalité qu’a connue l’arrestation des trois leaders du FNDC. Il affirme que « C’est face au refus d’obtempérer que les agents ont fait usage de la force ».

Ib’n KABA