Le parquet général de Conakry s’est saisi du dossier relatif à la mort « par balle » du jeune Thierno Mamadou Diallo. Le Procureur Alphonse Charles Wright qui s’est rendu ce jeudi à la morgue de l’hôpital Ignace Deen où se trouve la dépouille annonce plusieurs dispositions. Le magistrat rassure l’opinion que justice se rendue dans cette affaire.

« C’est sur les médias que j’ai appris avec amertume le décès du jeune Thierno mort dans des circonstances non élucidée encore (…) Le travail de l’autopsie va être fait par des médecins légistes et pour l’instant je demande à tout le monde de ne pas faire la surenchère et de laisser les experts faire leur travail. A l’issue ce travail et lorsqu’ils vont nous déposer le rapport médico-légal, l’opinion sera informée. Si ce rapport justifie les causes du décès avec précision, je vous donne ma parole que les auteurs seront poursuivis. Si c’est vrai que ce sont les forces de défense de sécurité qui ont fait ceci ou que c’est qui que ce soit, tout ça, revient aux enquêteurs. Mais je ne veux pas qu’on raisonne par analogie disant « Ah dans les temps c’est ce qui se passait, c’est les mêmes pratiques ». Il faut savoir raison garder. », a-t-il confié après avoir vu le corps de la victime.

La famille de Thierno Mamadou demande à recevoir le corps pour procéder à l’inhumation. Charles Wright indique que cela n’est possible pour le moment, car un travail d’expertise doit être effectué. Il annonce que les résultats de cette enquête seront disponibles le mardi prochain.

« (…) Nous ne sommes pas des experts pour tirer une conclusion hâtive par rapport aux causes du décès. Mais, le moment venu, le parquet général communiquera. Le début de cette enquête jusqu’à l’audience, s’il y a lieu, l’opinion sera informée… Pour le moment, le corps ne peut pas être restitué à la famille. Il faut que le travail d’expertise soit fait dès maintenant et la prise en charge des frais funéraires et autres nous nous occuperons de ça. Le mardi, nous rendrons les résultats de cette enquête et la suite qui va être donnée pour que justice soit rendue. Dès 18 heures aujourd’hui, professeur Hassane et moi travaillerons ensemble. Ce n’est pas Thierno qui est touché mais le ministère public à travers Thierno »

Par la même occasion, le Procureur général a présenté ses condoléances à la famille éplorée.

Ib’n KABA