En détention à la maison Centrale pour des faits « de corruption, d’enrichissement illicite, de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux », l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et cie comparaîtront prochainement devant la CRIEF.

L’annonce a été faite par l’un des avocats des anciens dignitaires du régime d’Alpha Condé. À en croire ses propos, ses clients n’ont pas comparu la semaine dernière à cause de la grève générale déclenchée par les gardes pénitentiaires, qui désormais a pris fin.

« Nous allons repartir vers la CRIEF pour qu’on nous donne une nouvelle date. En raison de la grève, on n’a pas pu extraire Kassory et Cie de la prison. Maintenant que la grève a été arrêtée, on va trouver une date convenable », confie Maitre Sidiki Bérété, membre du pool des avocats constitués par l’ancien Premier ministre et ses compagnons.

Pour ce qui est du moral de ses clients, l’avocat précise « qu’il est au beau fixe. Tout ce qu’on veut, c’est leur libération. Puisque la CRIEF les poursuit pour vol et détournement de fonds, nous voulons connaitre les montants »

Le mardi 26 avril 2022, le juge de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF) avait rejeté, la demande de mise en liberté de l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et ses anciens ministres (Mohamed Diané et Oyé Guilavogui ).

Aïssatou Djibril