Après le lancement officiel de la deuxième édition du Salon de la Lecture (SALEC), les jeunes candidats viennent de suivre des modules de formation. L’initiative qui s’inscrit en prélude au concours littéraire de l’événement, vise selon les initiateurs, à renforcer les capacités des participants.

Pendant deux journées, les 03 et 04 mars 2022, les candidats pour le compte de l’acte II du SALEC ont été outillés. Les modules ont porté sur l’art oratoire, le Mindmapping (résumé de textes) et le développement personnel.

Rencontrée ce vendredi, à l’occasion de la dernière journée des formations, la coordinatrice générale du SALEC est revenue sur l’objectif principal de ces formations. Kadiatou Kaba indique qu’elles visent à mieux outiller les candidats pour leur permettre de bien aborder la compétition.

« Chaque année en prélude  au SALEC (concours), nous faisons bénéficier à l’ensemble de nos candidats un certain renforcement de capacités. Tout ça c’est pour pouvoir faire face aux compétitions, parce que le Salec demande beaucoup de confiance en soi, et en plus ce sont des candidats qui reçoivent des livres et qui restituent le contenu. Donc on estime que c’est pas tout le monde qui a cette facilité de restituer ce qu’il sait où ce qu’il pense. Et donc puisque déjà à la base le concours c’est une sorte d’exposé et tout, bien que les candidats font tous le temps ces exposés à l’école, mais c’est jamais pareil quand on est devant plusieurs autres élèves de plusieurs autres écoles. Donc on a estimé qu’il fallait quand même donner une certaine formation en résumé de textes, en art oratoire, et contrairement à l’année dernière nous avons pensé qu’il était aussi important de donner une formation en développement personnel. »

Fatoumata Diaraye Koulibaly, élève en terminale sciences sociales à Koumandjan Keita 1, se dit « confiante désormais sur les objectifs visés pour son futur », après sa sortie de cette formation en développement personnel.

Léon Diallo élève en terminale sciences sociales au lycée de Donka précise qu’il a « aimé » la formation en résumé de textes car dit-il : « Le Mindmapping, il nous sera très bénéfique au Salec, même si on a appris déjà comment résumer à l’école mais le Mindmapping, il est non seulement rapide, bref et il accorde plusieurs possibilités ».

Lancée sous le thème « Le livre au service du Développement durable », cette deuxième édition du SALEC connaîtra la participation de 114 candidats venus de 21 écoles et 17 universités publiques et privées du pays. La première phase du concours est prévue du 23 au 26 mars au bleu zone de Kaloum. Puis s’en suivra la clôture du 31 mars au 1er avril, au chapiteau de l’esplanade.

Aïssatou Djibril