Le leader de l’UDRG a réagi à la création par le Président, d’une Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Bah Oury estime que la création d’un tel tribunal devrait connaître un examen de la part du Conseil national de la transition, cet organe législatif qui n’est pas encore mis en place.

« Je pense qu’il faut d’ores et déjà que le crime économique au point de vue de la loi soit bien défini pour ne pas faire des amalgames et que ce tribunal ne soit pas un fourre-tout », a indiqué le leader politique à l’entame.

Puis de poursuivre : « Personnellement, je pense qu’on aurait dû faire une ordonnance ou un projet de loi qui serait examiné par le CNT pour aller dans le sens de la mise en place d’un tribunal de ce genre. Puisqu’il y a les tribunaux qui existent déjà. Est-ce qu’il y a nécessité d’avoir un tribunal spécial à cet effet ? Ce sont des questions que les juristes sauront mieux apporter des réponses claires et efficaces ». Des propos recueillis par nos confrères d’Africaguinee.

La mise en place de la CRIEF s’inscrit dans le cadre de la matérialisation de la volonté du Colonel Mamady Doumbouya, de moraliser la gestion publique. Il l’avait annoncée il y a de cela deux mois.

Ib’n Kaba