Lancée le 21 novembre 2021, la première édition du Forum Guinéen pour la Paix, organisée par l’ONG Union des Jeunes Leaders de Guinée (UJLG), s’est poursuivie ce samedi 27 novembre, à Conakry. La journée a été consacrée à des panels sur les thèmes : « La paix et la justice sociale » et « Le rôle des femmes dans le processus de paix ».

Ces échanges ont réuni plusieurs personnes venues de des horizons du pays et issues de différentes classes sociales. Pour la structure organisatrice, l’initiative vise à inciter les acteurs de la société à la promotion de la paix et de la non violence dans le pays.

« Notre pays a été confronté à de multiples problèmes et nous en tant que jeunes, nous devons être des ambassadeurs de paix. C’est pourquoi nous avons initié ce projet afin de pouvoir faire la promotion de la paix et de l’unité nationale. Au niveau du forum, il y a tous les acteurs qui sont représentés les leaders politiques, la société civile et l’Etat. Donc c’est extrêmement important que chaque acteur s’implique dans le processus de paix, parce que dans une nation, un seul individu ne peut pas construire la paix, il faut l’ensemble des acteurs pour la construction d’une paix durable », indique Moïse Kolié président de l’ONG Union des jeunes leaders de Guinée.

Bah Oury leader de l’UDRG était l’un des panéliste à cet événement. Pour lui, ces panels ont été une occasion d’évoquer les raisons de

« C’était un plaisir d’évoquer certaines réalités qui ont fait que la Guinée a beaucoup plus évoluer durant plusieurs décennies, dans une dynamique de violence et que désormais nous avons une responsabilité majeure de faire en sorte que la Transition qui est entrain de se dérouler de manière progressiste, puisse enclenchée un processus vertueux de consolidation de la paix pour permettre à la Guinée de partir sur de nouveaux rails. »

Participante, Issatou Bella Diallo est élève en classe de 12ème année. Elle dit être satisfaite des débats et de la formation dont elle a bénéficié au cours de ce forum.

« Ce forum qui a débuté depuis la semaine dernière, s’est soldé par une formation d’abord en prévention et gestion des conflits, où on a eu vraiment à beaucoup apprendre. Les participants sont partis avec une idée de la paix. Et tout de suite, nos panélistes ont eu a souligner un point qui m’a marqué, où on dit que la paix, c’est le comportement, c’est avec lui nous prônons la paix. »

Cette première édition sera clôturée demain par une remise de distinctions et attestations aux ambassadeurs de la paix et aux participants de la formation.

Aïssatou Djibril