La structure « Phoenix Vision » a organisé ce dimanche à Conakry, un master class en Critique cinématographique, destiné aux journalistes culturels. L’initiative intervient en prélude à la deuxième édition du Salon du Cinéma Guinéen. Elle vise à amener les hommes de médias à mieux aborder les thématiques sur le Cinéma.

Ce sont les locaux de l’atelier solidaire qui ont servi de cadre à la formation. Durant environs 7 heures, le formateur et une dizaine de participants issus de différents médias (tv, radio et site), ont échangé dans une ambiance d’interactivité, sur des thématiques liées au Cinéma en général et à la Critique des œuvres en particulier.

Pour les initiateurs, cette formation répond à une demande formulée lors de la première édition du Salon du Cinéma, tenu en février dernier. Elle vise à outiller les journalistes pour qu’ils puissent mieux traiter des sujets sur le Cinéma.

« Cette formation en Critique, on a tenu à la faire avant la deuxième édition du Salon du Cinéma, parce que dans le processus de fabrication cinématographique, c’est le métier qui améliore le contenu des films. Voilà pourquoi il a été important de la tenir, pour que les journalistes participant soient outillés au minimum au langage cinématographique, pour pouvoir apporter un plus au prochaines productions cinématographique auxquelles ils feront face », explique Oumar Kourouma, membre de Phoenix Vision.

Formateur du jour, Fabara Koné est cinéaste de profession. Interrogé au sortir de la session, il indique que « Le travail de Critique est un maillon important dans le Cinéma », avant de confier qu’il s’agissait au cours de cette initiation de « donner le b.a.-ba, donner des informations sur qu’est-ce qu’il faut, les outils qu’on utilise, la méthodologie, le rôle de ce travail là, aux journalistes culturels que, effectivement, ils puissent s’approprier et puis qu’eux-mêmes, ils puissent aller chercher à apprendre davantage pour pouvoir faire des papiers sur des films ».

Mariame Sylla est journaliste animatrice qui a participé à ce master class en Critique de Cinéma. Elle dit être satisfaite et s’engage à se servir des notions acquises pour améliorer la qualité de ses émissions sur le Cinéma.

« Je suis satisfaite de cette formation, parce que d’ailleurs, je suis sortante de l’institut supérieur des Arts de Guinée en Critique Cinéma. Aujourd’hui, c’est beaucoup de plus pour moi… Quand je serai prochainement dans mes émissions cinématographiques, j’arriverai à vraiment critiquer une œuvre d’art. »

Au terme de cette session d’initiation, les participants dans leur majorité ont émis le souhait de voir l’initiative se perpétuer dans le temps, en vue de leur permettre de mieux s’outiller.

Ib’n KABA