La nouvelle patronne du département en charge de la Pêche et de l’économie maritime, a visité ce mercredi, les ports artisanaux de Conakry, pour s’enquérir des réalités sur le terrain. Profitant de cette occasion, les travailleurs ont exprimé les difficultés auxquelles ils sont confrontées, en brandissant des pancartes et banderoles pour dénoncer, la gestion de ces lieux par les Comités de développement des débarcadères (CDD). Des dénonciations qui n’ont pas laissé indifférente la ministre Charlotte Daffé, qui a pris la décision d’y remédier très rapidement.

À l’entame, la ministre a précisé que « Le constat est quand même un peu alarmant », avant de poursuivre : « On a commencé par le port de Boulbinet, où l’état d’insalubrité a atteint le sommet. A Bonfi et au niveau de tous les ports qu’on a visités, c’est à peu près la même chose. Il y a aussi un problème sur la gestion des comités des départements des débarcadères, puis il y a un manque d’infrastructures qui est là, la vétusté des infrastructures. Donc, je pense qu’il y a beaucoup de choses à revoir ».

S’agissant des dénonciations des travailleurs, sur la gestion de ces lieux par les Comités de développement des débarcadères (CDD), Mme Charlotte Daffé revient sur les conditions de nomination de cette entité, avant de promettre d’y remédier.

« Les responsables des ports artisanaux ne sont pas choisis par le département. Les membres des CDD sont choisis par la communauté eux-mêmes. Mais, le département doit envoyer des gens sur le terrain pour superviser les CDD (Comités de développement des débarcadères). Ce qui fait défaut aujourd’hui, j’avoue qu’il y a un manque de supervision de la part du département. Mais ça, c’est quelque chose qui va être corrigé très rapidement. Redynamiser les CDD, fait partie de nos priorités. »

Aïssatou Djibril