Diplômé en anglais des affaires de l’université de Conakry, une perfection en anglais professionnelle administrative à l’université d’Accra au Ghana en communication gestions des projets à l’université de Lille-France. Thierno Mamadou DIALLO est dans la course pour siéger au Conseil National de la Transition pour représenter la diaspora guinéenne de France en période transitoire.

Il a eu le privilège de représenter la Guinée trois fois à l’internationale, D’abord aux Etats-Unis d’Amérique, dans le cadre de la rencontre avec des jeunes entrepreneurs africains qui sont invités par le président Obama. A la 52ème édition du salon de l’Agriculture à Paris en France. A la 6ème et 9ème édition de la conférence internationale de la jeunesse (One Young World) à Bangkok en Thaïlande et à Munich en Allemagne.

Actuellement responsable communication de la Fédération des associations guinéennes du nord de la France qui regroupe une vingtaine de structures qui œuvre dans divers domaines notamment, l’accompagnement des étudiants primo arrivant en France, les mineurs isolés, les femmes en situation de vulnérabilités, les professionnelles en reconversion, des activités sportives et culturelles. Mais, aussi des actions humanitaires en Guinée, à Conakry et en région. Il est par ailleurs Président de l’ONG AMEDAR qui fait la promotion de l’agriculture et de l’entrepreneuriat rural.

Il s’agira pour lui et son binôme, s’il est élu au CNT, de défendre le mémorandum de contribution de la diaspora Guinéenne de France, déjà soumis aux autorités de la transition. De faire une proposition de loi pour la dotation des missions consulaires et diplomatiques, un service de délivrance sur place du passeport biométrique. De l’octroi d’un siège permanent de députés à la futur Assemblée nationale en faveur des Guinéens établis à l’étranger, en capitalisant sur le premier acquis qu’ils ont aujourd’hui celui de siéger au CNT où toutes les difficultés de la diaspora sera débattues, notamment dans les différentes langues.

Thierno propose la mise en place d’une direction chargée de l’accompagnement et de réinsertion de la Diaspora. Une direction qui sera affiliée au Ministère des Affaires Étrangères. Un département où il a effectué son stage de fin d’études entre 2010 et 2011, parcourant toutes les directions techniques du département central à Conakry. Notamment la direction Afrique, le service protocole, la communication, le service traduction de documents officiels et le service de rédaction de courrier d’annonce des visites d’Etats. Une expérience qui a été clôturée par un stage à l’Ambassade de la Guinée en Inde. Y compris la réforme de la justice qui, fondamentalement, est l’une des tâches les plus importantes pour la réussite de la transition. « Toutes ces propositions viendront en complément à l’offre des autres conseillers au CNT afin d’en faire une transition réussie et amorcer pour le développement tant espéré pour notre pays la Guinée » souhaite le candidat Diallo.

En plus du cadre de travail du Parlementent, il dispose d’un bureau outillés et équipes à Conakry qu’il pourra mettre à disposition pour les besoins de la circonstance afin de tenir ses permanences d’écoutes et d’échanges avec les guinéens de France déjà de retour en Guinée pour créer une synergie d’action avec l’antenne de Paris.

Les difficultés des étudiants sont une cause pour laquelle il est prêt à porter « Les frais d’inscription des étudiants étrangers qui s’élèvent à environ 3000 Euros pour la licence et 4000 Euros pour le master, sans parler des frais de logement et de nourriture » s’inquiète Thierno Mamadou. Il rappelle qu’avant la crise sanitaire, l’inscription annuelle était à 300 Euros environ. C’est pourquoi il souhaite attirer l’attention sur l’obligation de changer de statut à la fin du cursus universitaire afin d’intégrer la vie active.

« La Guinée est quasiment en tête des demandeurs d’asile en France, dont 65% des requérants finissent déboutés du droit d’asile, sans papier et en situation de précarité exposée au froid en hiver et au soleil pendant l’été. C’est le cas des compatriotes qui arrivent par la Méditerranée en risquant leur vie et les mineurs isolés non accompagnés » informe-t-il.

Les difficultés de rapatriement du corps des défunts dont le coût s’élève « d’environ 5000 Euros ». Les appels à l’aide s’accentuent afin de couvrir ces frais. Au niveau de la FAG, il y a une association qui s’occupe de ce volet. « Il faudrait dans un futur immédiat un accompagnement de l’État guinéen afin de pouvoir continuer cette noble action » propose le candidat de la FAG-HDF. Face à ses différentes problématiques de la diaspora guinéenne de France, Thierno Diallo sollicite qu’il soit choisi par ses compatriotes et tient à rassurer ses convictions professionnelles et sociales.

Ahmed Tidiane Diallo