La junte militaire a reçu ce mardi, les leaders politiques, dans le cadre des concertations nationales. La rencontre s’est tenue dans lé salle du 02 octobre au palais du peuple.

Si ce rendez-vous s’est bien passé pour certains leaders politiques, d’autres par contre ne l’ont pas apprécié. Pour cause, ils n’ont pas eu accès à la salle où s’est tenue la rencontre. 

C’est le cas du PEDN, parti de l’ancien Premier ministre, Lansana Kouyaté. Mohamed Cissé, responsable chargé à la communication par intérim de cette formation politique indique que « c’est après plus d’une heure de patience qu’il nous a été dit que l’accès n’est plus possible ». Affirmant que dans une telle rencontre Si une telle rencontre« la méthode et le contenu ne doivent pas être négligés », il invite le CNRD « à faire mieux en termes d’organisation pour les prochaines rencontres du genre ».

Faisant partie des leaders qui n’ont pas eu accès à la salle, Étienne Soropogui, du parti ‘’Nos valeurs communes’’ et membre de l’ANAD a piqué une colère sur les lieux. L’opposant dit ne pas comprendre pourquoi on leur « ferme » la porte d’accès et les « humilie de cette nature ».

« Il est inacceptable qu’on convie des pères de famille, des personnes respectables et qu’on leur ferme la porte comme des malpropres. Nous pensons que cela n’est pas de nature à nous aider à construire une transition sereine et incluse », a affirmé l’opposant.

De son coté, le parti Union nationale de Guinée (UNG), qui pas aussi pu accéder à la salle, parle d’un « manque de respect » à leur endroit.

Faut-il préciser qu’à l’occasion de cette rencontre, c’est une foule qui a rallié le palais du peuple ce mardi.

Ib’n KABA