Les étudiants guinéens des universités publiques n’ont toujours pas perçu leurs bourses d’entretien pour le dernier trimestre. Face à cette situation qu’ils trouvent anormale, ils menacent de se faire entendre, dans un délai de 48 heures, même s’ils ne précisent pas encore clairement la manière.

Intervenant ce jeudi, chez nos confrères de FIM FM, le président du collectif des étudiants des universités publiques a dénoncé le silence du ministère de tutelle, face au retard du paiement des bourses d’entretien.

« Ce qui nous met vraiment mal à l’aise, c’est le fait que le ministère ne fait aucune communication liée à ces bourses d’entretien. Depuis trois (3) mois, les étudiants s’impatientent. Ils sont déjà en vacances depuis le 31 juillet, mais ils n’ont pas été libérés pour qu’ils rentrent chez eux… C’est comme si les étudiants ont été oubliés. »

Poursuivant, Abdoulaye Tourkoun Diallo prévient que « Si rien n’est fait d’ici les prochaines 48 heures, nous allons annoncer les couleurs des mouvements qui se feront dans tout le pays ».

« La semaine prochaine, ils auront leurs pécules »

Du côté du ministère de l’Enseignement supérieur, la menace des étudiants semble avoir été entendue. A en croire la cheffe de cabinet qui a accordé un entretien à nos confrères de Mosaïqueguinee, « la semaine prochaine, les étudiants auront leurs pécules ».

« On est en train de se battre au niveau du ministère du budget, pour que les étudiants reçoivent leurs bourses d’entretien. On est vraiment conscient de la situation qu’ils vivent et on est en train de se battre. Même ce matin, j’ai évoqué leur situation au ministre qui m’a informé qu’hier il était chez le ministre du budget pour régler leur situation », a-t-elle rassuré.

Ib’n KABA