Le leader de l’UDRG, Bah Oury a donné son avis, concernant la reprise des manifestations annoncée par l’ANAD et l’UFDG. Tout en affirmant que cette décision n’est pas la bonne, Bah Oury prone le retour au dialogue.

Pour l’ancien ministre de la réconciliation nationale, en lieu et place des manifestations, l’ANAD et l’UFDG devraient d’abord chercher à libérer les détenus politiques : « Nous, on se bat pour faire libérer les détenus politiques, que frontières soient rouvertes, qu’on se retrouve autour de la table. Au lieu d’appuyer cela, d’autres préfèrent la logique de confrontation qui consiste à manifester. Moi, je ne vais pas passer mon temps à leur dire que cela n’est pas bon et que c’est contre-productif ».

« Ils n’ont qu’à se donner les moyens de faire libérer les détenus. Ils ont contribué dans une certaine mesure à faire arrêter ces gens », a-t-il renchérit.

Dernièrement, une liberté provisoire a été accordée, à trois grandes figures politiques de l’UFDG qui étaient détenues à la maison centrale de Conakry.

Aïssatou Djibril