Ce vendredi, il s’est tenu à Conakry, le lancement des activités de l’ONG “Jeunes et Culture”. Placée sous le thème « Jeunes guinéens et diversités culturelles », la cérémonie a réuni de plusieurs journalistes de la presse guinéenne.

L’ONG “Jeunes et Culture” est une structure constituée de réalisateurs, photographes, monteurs vidéos, animateurs et experts en diversité culturelle. Elle se fixe pour objectif d’initier les jeunes à la création des œuvres cinématographiques. Pour ses premières activités, elle annonce qu’elle prévoit d’organiser une formation qui aboutira à un festival prévu en 2022.

« L’ONG Jeunes et Culture a été créée en février 2021. Elle œuvre en faveur de la démocratisation de la culture par la promotion des jeunes créateurs artistes, à travers la formation, l’animation audiovisuelle, et la réalisation des œuvres audiovisuelles. L’association s’active également dans la recherche de nouveaux talents offrant aux jeunes un espace d’épanouissement et la mise en valeur de leurs œuvres, pouvant leur permettre d’être de véritables acteurs de développement culturel. Il est important de mettre à profit notre diversité culturelle, afin de construire une nation meilleure », explique Arthur Kolié, cinéaste et président de l’ONG Jeunes et Culture.

Présent à cette cérémonie, le représentant du ministère de la Culture, Noël Lamah, précise que « L’action culturelle doit être mené et par l’Etat mais aussi par le secteur culturel. C’est pour cela, nous sommes déterminés à être auprès de cette association pour que ce projet puisse avoir lieu ».

Pour sa part, Alpha Camara directeur communal de Matam, compte accompagner l’ONG, à travers la signature d’une convention « avec la mairie de Matam, pour qu’elle puisse loger dans son plan annuel d’investissement les moyens qu’il faut pour la réussite de l’événement dans cette commune ».

S’agissant de cette première édition, seulement les 5 communes de Conakry sont concernées, dans les 5 disciplines suivantes : le cinéma, la danse, la musique, la danse traditionnelle et l’art plastic.

« Nous lancerons les appels à candidature et les jeunes vont postuler par communes, ils seront formés et nous mettrons les moyens à leur disposition pour qu’ils puissent créer leur œuvre cinématographique. L’appel à candidature sera lancé tout à l’heure sur la page officielle Jeune & Culture, à partir de là vous aurez toutes les informations et tous les détails. Et la formation pour le festival est gratuite, mais à la longue nous feront des formations payante », précise Arthur Kolié.

Aïssatou Djibril