Intervenant sur FIM FM ce jeudi, le président de “Guinée Moderne”, Thierno Yaya Diallo, est revenu sur les circonstances de son interpellation avec son collègue Kéamou Bogola Haba dans la soirée d’hier mercredi. Il dit avoir « eu trois entretiens y compris avec le général Fabou », à son arrivée à la DPJ.

C’est après de la conversion de l’ANAD en alliance politique que les deux alliés de Cellou Dalein Diallo, ont été mis aux arrêts. Thierno Yaya confie que lui et son collègue ont été interpellés par la police, alors qu’ils étaient encore à son domicile.

« Monsieur Kéamou Bogola Haba est venu me rendre visite chez moi pour qu’on échange un peu. On a passé 30 minutes ensemble et nous avons été interpellés quand je m’apprêtais à sortir de chez moi. La police nous a dits venez, ne résistez pas, on est venu pour vous et puis on est parti. Et comme nous sommes des personnes qui respectent la loi et les droits, nous les avons suivis. Moi personnellement, je conduisais mon véhicule et quelques personnes sont rentrés dans le mien et ils m’ont demandé de conduire et de les suivre. On a fait une conduite à la folie pour arriver à la DPJ ».

Revenant sur ce qui s’est passé à la DPJ, le président de “Guinée Moderne” affirme qu’il n’y a pas eu quelque chose de concret qui nécessitait qu’il soit gardé sur place, tout en précisant : « J’ai eu trois entretiens y compris avec le Général Fabou qui après une longue conversation a déclaré qu’il n’avait aucune raison de me retenir et j’ai été libéré ».

Il affirme toutefois, ne pas connaître les motifs pour lesquels son collègue Kéamou Bogola Haba n’a pas été libéré.

Aïssatou Djibril