Après la découverte d’une mine d’or à Kounsitel, dans Gaoual, le gouvernement a décidé de l’arrêt de toute activité d’exploitation, suite à l’important flux migratoire que la préfecture a enregistré. Cette décision peine à être respectée sur le terrain. Nous apprenons que plusieurs mineurs refusent d’obtempérer, malgré la présence des forces de l’ordre.

Selon les informations, des citoyens se livrent encore à l’exploitation de l’or, dans les forêts de Kounsitel, au lendemain de la décision du gouvernement. Certains négocieraient même avec les forces de l’ordre à qui ils donneraient de l’argent pour les laisser exploiter.

« Depuis que l’exploitation de l’or a été interdite, toute la population de Gaoual a respecté la décision gouvernementale. Mais, les orpailleurs négocient avec les forces de l’ordre pour exploiter l’or. Dans ce cadre, les jeunes de Gaoual se sont sentis lésés. Il y a même un imam qui m’a dit que le matin quand il va à la prière, ils voient les orpailleurs circuler un peu partout », affirme un notable de Gaoual.

Selon Amadou Tidjane Diallo, citoyen de Gaoual et membre du comité mixte de surveillance de la mine, « Dès que vous partez sur le terrain, les agents vous demandent, vous avez combien ? Si vous avez 300 000 à 500 000 GNF, ils vous laissent exploiter ». Des propos recueillis par nos confrères de Guineenews.

N’approuvant pas cette situation, des jeunes autochtones avaient décidé de descendre dans les rues pour se faire entendre. Une intervention des autorités locales a permis de leur faire changer d’avis. Le préfet de Gaoual a ensuite invité les mineurs qui sont encore sur place, à rentrer dans leurs localités d’origine. Et il a été demandé aux concessionnaires de ne plus les héberger, apprend-on.

Ib’n KABA