La Fédération des Entreprises Culturelles et Économiques de Guinée (FECEG), a animé ce vendredi, une conférence de presse à Kipé. Objectif, demander à l’Etat guinéen, de « lever les restrictions » qui pèsent sur le secteur culturel qui enregistre « d’énormes pertes », depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus.

L’avènement du Covid-19 a été un coup dur pour plusieurs acteurs culturels qui ont été obligés d’interrompre leurs activités, suite aux différentes restrictions édictées par les autorités, pour limiter les contaminations.

A l’entame de ce point de presse, ces producteurs de spectacles et de musiques, indiquent que depuis l’arrivée de la pandémie, le secteur culturel a enregistré plus « de 6 millards de pertes et plusieurs emplois sont en arrêt ».

« Pour préserver, nos entreprises, nos emplois qui nous permettent de subvenir aux besoins de nos familles, nous interpellons l’Etat afin qu’il puisse lever les restrictions qui pèsent sur le secteur du spectacle vivant et de la musique. L’enjeu crucial aujourd’hui est de parvenir à minimiser l’impact et l’ampleur de ces pertes dans la durée à préserver la capacité d’investissement et relancer un secteur déjà laissé pour compte, afin de faire rayonner notre culture qui nous ait si chère », déclare Ibrahim C, président de la FECEG.

Ces acteurs culturels ne comptent pas se limiter là. Ils entendent organiser deux journées de concertation, afin de « déposer un mémorandum auprès des autorités, pour qu’ils puissent nous accompagner à déployer des mesures transverses qui permettront de sauver le secteur et des milliers d’emplois déjà précaires ».

Aïssatou Djibril