Dans la matinée du mardi, des jeunes en colère ont saccagé plusieurs kiosques de la société de loterie Guinée Games. Des machines de jeu et des sommes d’argent ont été emportées. Selon les informations, ces protestataires réclament le paiement de « leurs gains » obtenus après des combinaisons sur des matchs du dimanche dernier. A l’agence locale de la société, nous apprenons qu’ils ont été informés que ces matchs avaient été annulés. 

Mohamed Diallo, un jeune grognard explique pourquoi : « Tout a commencé le dimanche. Il n’y avait pas de liste de Mega avec les tenanciers, mais elle existait sur internet et dans les machines. Ils ne l’ont pas annulé, nous avons joué. J’ai pris trois tickets qui ont tous gagné. Je dois avoir 7 756 000 GNF. Maintenant, nous sommes allés au siège, ils nous ont dits que ces matchs sont annulés. Nous, nous n’avons pas fait d’erreur, ce sont eux qui ont fait des erreurs, ils doivent nous donner notre argent. »

Son compagnon d’infortune Mory Keïta a quant à lui, obtenu 8 000 000 GNF sur son ticket et réclame son gain : « J’ai gagné 8 000 000 GNF, mais ils refusent de me donner mon argent. Là où moi je suis comme ça, même s’ils peuvent me donner 3 000 000 GNF, cela me fera plaisir. Je lave les véhicules pour l’argent et jouer. S’ils ne nous le donnent pas ici, ils le feront à l’au-delà. Je n’ai pas été au siège, parce que je ne veux pas de problèmes. Je suis pauvre, je n’ai rien et je ne veux pas aller en prison. »

Karfala Kanté est l’un des ténanciers de kiosques de Guinée Games victime de la colère des parieurs. Il dit avoir perdu son téléphone et une somme de 7 000 000 GNF lorsqu’il a été attaqué.

« Ce matin, j’étais dans mon kiosque, un groupe de jeunes est venu. Ils étaient nombreux, ils m’ont dit qu’ils ont gagné et qu’on refuse de payer leur argent. Ils sont rentrés dans mon kiosque pour prendre l’argent que je devais verser ce matin, 7 000 000 GNF et ma machine aussi. »

Joint au téléphone, le responsable commercial de l’agence locale de Guinée Games, Moussa Diabaté, ne nous a pas donné d’explication. Il a toutefois annoncé une plainte contre les jeunes grognards.

N’nah NENE