Lors de la cérémonie d’inauguration du chemin de fer Dapilon-Santou, à Boké, ce mercredi 16 juin, ke chef de l’Etat, a mis en garde les cadres et fonctionnaires quant au détournement de deniers publics. Il annonce que désormais l’argent du pays doit aller dans les caisses de l’Etat et prévient que « la fraude n’est plus possible ».

« J’ai décidé de prendre les choses en main. L’argent du pays doit aller dans les caisses de l’État, non pas dans les caisses de quelques individus, pour eux et leurs familles. (…). Maintenant, la fraude n’est plus possible. Les fonctionnaires qui pensent qu’en dehors de leurs salaires ils doivent prendre l’argent de l’État, ça aussi c’est fini. »

Le Président de la République dit connaître tous les rouages de l’administration guinéenne : « Je connais maintenant tous les trous, même là où les souris passaient. Alors, j’ai fermé tous ces trous. (…). Il n’est plus question que l’argent du pays soit détourné par quelques cadres à leur profit seulement et celui de leurs familles. Quand cet argent rentre dans les caisses, ça permet à l’État de développer le pays ».

À ses détracteurs, le locataire de Sékhoutoureya adresse ce message : « On dit que j’ai mis le pays sur le frein, mais je n’ai fait que rendre au peuple ce qui lui revient. Désormais, chaque ministre ou fonctionnaire a une feuille de route et un contrat de performance ». Des propos recueillis par nos confrères de mosaïqueguinee.

Aïssatou Djibril