La question sur la participation des partis politiques de l’opposition au dialogue politique et social, défraie encore la chronique. Dans une récente sortie médiatique, l’opposant Lansana Kouyaté a donné la position de son parti quant à ce cadre de concertation. Il a clairement indiqué que le PEDN n’ira pas à ce dialogue.

Intervenant chez nos confrères de Guineenews, dans l’émission “Sans concession”, Lansana Kouyaté s’est exprimé sur la question du dialogue politique et social qui alimente les débats politiques depuis quelques temps. Le politique a tout d’abord tenu à préciser qu’ « On doit comprendre qu’il n’y a pas de dialogue sans prémisse de dialogue. C’est le climat qui est créé avant le dialogue qui facilite le dialogue. Il ne faut pas oublier qu’il y a un fossé de confiance entre le chef de l’Etat et les partis de l’opposition ».

Comme pour dire qu’il ne croit pas à l’aboutissement de ce n-ièm dialogue, Kouyaté fait une rétrospective et rappelle que les précédents n’ont pas porté fruit.

« Il y a eu plusieurs dialogues, les religieux sont venus, des Premiers ministres se sont essayés, des ministres aussi. Une fois sous pression, j’ai quitté Paris pour aller en Guinée rien que pour 24 heures pour un dialogue. Jean-Marie Doré était dans l’opposition à l’époque, on a abouti à des conclusions qui pouvaient éviter à la Guinée la situation dans laquelle elle se trouve aujourd’hui. Mais quand après le dialogue, quand vous entendez dire que nous, on n’est pas engagé, moi, je ne suis pas concerné, ce n’est pas moi qui ai signé alors que c’est lui qui représentait le chef de l’Etat. Comment voulez-vous qu’on parte au dialogue dont on sait d’avance que c’est pour peut-être avoir du temps, pour que les choses se calment et qu’on passe à autre chose. Je crois que la magie dont on utilise très souvent finit par s’abîmer. »

L’ancien Premier ministre se veut clair : « Le PEDN n’ira pas à ce dialogue », déclare-t-il, avant de préciser : « Parce qu’il ne sert à rien… Nous sommes allés à plusieurs dialogues qui ont donné l’inverse de ce qu’on pensait. »

Récemment, le Président Alpha Condé a tenu à rassurer que le cadre permanent de dialogue qui est créé, se penchera « sur toutes les questions d’intérêt national, notamment la problématique des transports, les problèmes de société, d’unité nationale, de consolidation de la paix sociale, de l’Etat de Droit, de la Démocratie ».

Ib’n KABA