Damien Tarel, l’homme qui a porté une gifle au Président français, Emmanuel Macron, lors d’une visite dans la Drôme, a été jugé ce jeudi. Il a été condamné à dix-huit mois de prison dont quatre ferme.

L’homme de 28 ans, qui a reconnu « avoir giflé le chef de l’Etat français », a été jugé par le tribunal correctionnel de Valence, en « comparution immédiate », deux jours après les faits.

Interrogé par le Président du tribunal, sur les raisons qui ont motivé son acte, Damien a laissé entendre : « Si on reste dans la réalité, j’ai juste giflé Emmanuel Macron car un sentiment d’injustice m’a parcouru… Je ne l’apprécie pas et quand il s’est dirigé directement vers moi, dans un premier temps, ça m’a surpris. », rapporte le quotidien L’Express.

Le procureur de la République de Valence a requis dix-huit mois de prison ferme, pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Pour lui, « Cette gifle, parfaitement inadmissible, est un acte de violence délibérée », rapporte la même source.

Au terme des débats, le tribunal a partiellement suivi la réquisition du ministère public. Il a condamné Damien à dix-huit mois de prison dont quatorze avec sursis. Ce dernier a aussitôt été incarcéré, indiquent les médias français.

Pour cause de la gifle mémorable portée au locataire de l’Élysée, Damien « se voit en outre privé de droits civiques pendant trois ans, interdit d’exercer toute fonction publique à vie, interdit de détenir des armes durant cinq ans, et il devra se soumettre à un suivi psychologique ».

Après le verdict du tribunal, Damien Tarel « a dix jours pour faire appel de sa condamnation », apprend-on.

Aïssatou Djibril