Absent depuis plusieurs mois, Tamba Zacharie Millimouno, chroniqueur dans l’émission les “Grandes Grandes”, a repris l’antenne ce lundi. Dans une interview qu’il a accordée à la rédaction d’Actujeune.com, il est revenu sur les motifs de son absence, son retour à l’antenne et ses orientations.

Parlant des raisons de son absence depuis quelques mois, dans le talk show politique d’Espace FM, Tamba Zacharie confie qu’il était en voyage dans le cadre d’une formation sur « la Décentralisation et le développement local ». Des compétences qui, précise-t-il, « ne sont pas directement en rapport avec la chronique » à laquelle il participe les matins.

« En gros, c’est un diplôme d’expert en ingénierie de développement local. C’est de l’Université catholique de Lyon avec le Centre international d’études de développement local. Ce que j’ai étudié, c’est comment l’Etat s’organise pour se dessaisir de certains de ses attributs, pour que son action soit plus efficace et qu’elle favorise plus de participation à la base et inclusion des citoyens, des femmes et des jeunes en particulier, pour construire une dynamique de développement qui profite d’abord aux citoyens », explique-t-il.

Avec ce retour à l’antenne, Tamba dit être reconnaissant pour « les privilèges et les opportunités d’études », mais surtout, de « pouvoir prendre place en studio aux côtés de vraiment mes amis et de mes coéquipiers et de continuer à combattre et à relever les nouveaux défis ensemble ».

Il reconnaît avoir manqué des sujets sur lesquels il aurait bien voulu s’exprimer, en sa qualité de chroniqueur, même s’il dit ne pas s’en plaindre.

« Il y a des sujets sur lesquels, quiconque participe à une telle chronique aurait aimé émettre son avis, se faire entendre, en tant qu’acteur du débat public, mais je n’en suis pas moins satisfait, puisque mes amis ont su le faire comme cela se devait…»

Interrogé à la question de savoir si son retour à Hadafo après ces mois de formation, dans un autre domaine ne sera que pour une courte durée, Tamba laisse entendre un petit éclat de rire, avant de préciser : « Ecoutez, je suis déjà parti au Niger, au Sénégal, en suite je suis parti aux études, ce n’est pas caché. Et oui, j’ai des opportunités de prestation comme consultant, je ne vais pas me fermer à ça. Cela dit, je suis à Espace et c’est ce qui est fixe dans ma profession, dans les prestations que je fais. C’est Espace mon emploi fixe et c’est connu. Pour les autres prestations, c’est plus de types de consultance. Ce qui vous prend quelques semaines, quelques mois, tout au plus. Mais je suis venu pour Espace et c’est là que je vais être. »

Pour ce chroniqueur, nombreux sont des auditeurs qui n’ont pas compris les raisons de son départ et qui ont pensé que c’était lié au travail qu’il faisait au sein du Groupe Hadafo médias. Avec les réactions, des uns et des autres, il dit avoir compris que le boulot qu’il faisait avait du « sens » et de « l’intérêt ».

« Certains n’ont pas assez compris que j’étais parti étudier et automatiquement le mettait en rapport avec ce que je faisais déjà… Je leur dis toute ma reconnaissance, parce que de bout en bout, j’ai senti que ce que je faisais avait du sens et de l’intérêt pour plusieurs. Et c’est important dans la vie d’un professionnel de savoir que ce travail que nous abattons au quotidien est entendu, il est vu et il est apprécié. »

Actujeune.com