Les faits se sont déroulés dans la journée du mardi 1er juin 2021. Un conflit domanial vieux de 3 ans a éclaté entre les citoyens des districts de Bako-Fadou et Dabola, tous relevant de la sous-préfecture de Tintin-Oulén, située à 22h kilomètres de la commune urbaine de Kankan. Les blessés, au nombre d’une quinzaine, sont admis à l’hôpital régional de Kankan. Rencontrés ce jeudi, 3 mai 2021, plusieurs d’entre eux ont raconté leurs mésaventures.

Depuis 2018, un conflit domanial existe entre ces deux communautés voisines. Ils se disputent le contrôle d’une zone riche en agriculture. Selon les informations, une décision du tribunal avait départagé les deux localités, mais à la surprise générale, dans la matinée du mardi, elles se sont affrontées à l’aide des machettes faisant plus de 15 blessés.

Adamadjan Condé fait partie des blessés du côté de Bako-Fadou, il revient sur l’historique du conflit domanial qui oppose les deux camps : « Il y a des années, le verdict avait été rendu par les autorités. Nous sommes partis avec les gendarmes pour limiter les propriétés, en donnant une partie du domaine à chaque camp. Il a été ordonné aux deux camps de ne pas franchir leur domaine respectif ».

Poursuivant, il rappelle comment les affrontements du mardi ont commencé : « Le mardi, quand on est parti, on a trouvé les citoyens de Dabola en train de détruire nos riz. Quand on les a trouvés, ils étaient munis de gourdins, d’armes et de machettes. Ils nous ont dit de quitter leur domaine. C’est là que tout a éclaté. Ils s’étaient fixé le but de me tuer. Il y a eu affrontement quelqu’un est venu me frapper avec la machette au cou. »

Sona Traoré de Bako-Fadou a également été tabassée lors des altercations. Elle raconte la scène qu’elle a vécue : « C’est mon frère qui était parti faire le ménage au champ. Arrivé sur place, il a vu des citoyens de Dabola. Ces derniers se sont attaqués à lui. Nous, on était proche du champ. Quand nous sommes arrivés, on l’a trouvé sévèrement blessé. J’ai dit à mon frère, comme tu n’as rien, lève-toi, on va rentrer au village. C’est ainsi que quelqu’un est venu me frapper avec la machette. J’ai été blessé. »

Habitante de Dabola, Nantenen Camara indique que « Cette affaire a débuté il y a 3 ans », avant de laisser entendre : « Si vous voyez les femmes de Dabola en colère aujourd’hui, c’est parce que chaque fois que nos hommes vont là-bas, les femmes de Bako s’attaquent à eux. Pourtant, le document a été envoyé que le domaine nous appartient. Les femmes de Bako se sont attaquées à nos hommes à 3 reprises. Aujourd’hui, nos hommes sont venus blessés. C’est pourquoi on est parti. Les femmes de Fadou sont venues de partout, notamment de Kankan Koura. Quand on est parti, on a vu que nos hommes étaient attaqués. Les fadouka voulaient me tuer. »

Contacté par notre rédaction, le maire de Tintin-oulén, Mory Kallo Bérété notifie qu’il n’a pas « du tout été approché à cette affaire ». Il dit préférer garder le silence.

Plusieurs blessés graves des deux côtés sont actuellement hospitalisés à l’hôpital régional de Kankan.

N’nah NENE