Détenus à la maison centrale de Conakry depuis environ huit (8) mois maintenant, Ousmane Gaoual et cie, continuent leur séjour en prison sans procès. Selon le collectif des avocats, les accusateurs de leurs clients peinent à sortir la moindre preuve.

« Lorsque ce dossier a commencé, le procureur a imputé une longue liste d’infractions aux personnes arrêtées. L’information judiciaire a été ouverte. Parmi ces infractions, on parlait de transport, de stockage d’armes, d’incendies et beaucoup d’autres choses. Mais à l’issue des instructions, il y a eu une ordonnance de clôture et certaines infractions ont été abandonnées. Parce qu’objectivement, on a compris qu’elles ne tiennent pas la route », a indiqué Maître Mohamed Traoré, un des membres du collectif des avocats des opposants écroués.

Parlant spécifiquement de l’éventuelle ouverture du procès de ses clients, l’avocat dit être « très à l’aise », et indique qu’ils attendent « impatiemment la tenue de ce procès. Et comme c’est un procès qui sera ouvert au public en particulier la presse, vous aurez une idée sur la légèreté de ce dossier (…). »

« Depuis huit (8) mois », indique Me Traoré « on est incapables de sortir la moindre preuve, le moindre début de preuve et les moindres charges à leur encontre ».

Cet avocat souligne qu’on reproche à la plupart de ces opposants des faits « d’atteinte aux institutions de la République, la mise en disposition d’autrui des données à porter atteinte à l’ordre public ». Des propos rapportés par nos confrères de Visionguinee.

Dédé Morikè KABA