Le procès portant sur « la disparition d’un diamant d’une valeur de quarante-cinq millions de dollars américains (45 000 000 USD) », s’est ouvert ce mercredi, au TPI de Dixinn. Dans cette affaire, l’opposante Marie Madeleine Dioubaté et sa sœur sont poursuivies pour « abus de confiance et complicité d’abus de confiance ». Les deux prévenues résidant respectivement en France et au Mali, ont brillé par leur absence.

Lors de cette première audience, le Tribunal a fixé la consignation, à 500 000 francs guinéens. Il a ensuite « renvoyer le dossier au 9 juin 2021 pour l’ouverture des débats ».

Selon les informations, le diamant dont il est question dans cette affaire aurait été ramassé à Lambanyi (Ratoma), par une citoyenne du nom de Djénabou Diallo. Celle-ci aurait remis par le biais d’un intermédiaire, la pierre précieuse à Martine Nana Dioubaté, qui l’a donnée à son tour, à sa sœur Marie Madeleine Dioubaté. Après quelques temps, l’opposante Marie Madeleine, a déclaré que le diamant a été volé chez elle en France.

C’est à la suite de cette déclaration de Marie Madeleine, que dame Djénabou et son avocat ont décidé de porter plainte contre les sœurs Dioubaté.

Aïssatou Djibril