Dans le but de « trouver des solutions » aux problèmes qui assaillent le sport guinéen, le Ministère des sports a initié des journées de réflexion, dans la ville de Kindia. Le lancement officiel s’est déroulé ce vendredi, en présence des autorités administratives locales, mais aussi de la présidente de la commission sport et santé à l’Assemblée nationale.

Les acteurs du sport guinéen ont décidé de se donner rendez-vous dans la cité des agrumes, dans le cadre d’une retraite de deux jours. Pendant ces journées, des réflexions seront menées, pour établir un diagnostic du sport en Guinée, en vue de la proposition de solution aux différents problèmes qui assaillent ce domaine.

C’est ce vendredi, qu’a eu lieu le lancement officiel de ce cadre de concertation, dans un réceptif hôtelier de Kindia. Pilotant l’événement, le Ministre d’État en charge des sports, a, dans son allocution de circonstance, indiqué le but de ce séminaire, tout en remerciant, les différents acteurs impliqués dans son organisation.

« Ces journées de réflexion sur le sport sont un acte par excellence d’échanges et d’harmonisation des points de vue, autour des grandes questions d’organisation et de promotion du sport national. Aussi, elles constituent un cadre de discussions sur les moyens à mettre en œuvre et les mesures à préconiser, afin de mobiliser les ressources nécessaires, au financement du sport. Les présentes journées donnent aussi, l’opportunité aux participants d’échanger, sur les thèmes, à savoir : les missions et attributions du département, l’optimisation du partenariat entre le ministère des sports et les fédérations sportives nationales, le renforcement des capacités des ressources humaines, la coopération bi et multilatérale, la communication institutionnelle, les infrastructures, base du développement du sport….»

Ce séminaire est placé sous la présidence d’honneur du Ministre d’État, chargé de l’environnement. Présent au lancement officiel, Oyé Guilavogui a invité les participants à procéder à des « diagnostics sévères », pour dit-il, permettre au sport guinéen, de retrouver sa place d’antan.

« C’est un espace qui est ouvert, saisissez l’opportunité. C’est le moment de se dire la vérité si nous voulons que le sport d’hier revienne plus fort aujourd’hui. C’est le moment de regarder dans le rétroviseur. Procédez a des diagnostics très sévères. Qu’on se dise la vérité, pourquoi ça ne marche pas. Pourquoi ça marchait avant, pourquoi ça n’a pas continué ? Il faut qu’on ait le courage de se parler, l’espace là est ouvert pour ça… Nous sommes tous coupables, nous savons ce qui se passe dans le milieu du sport en Guinée. Tout le monde regarde avec passivité, ce n’est pas normal… »

Ouvertes ce vendredi, les discussions se poursuivront toute la journée, mais également demain samedi. A ce cadre d’échange participent les Directeurs préfectoraux de la jeunesse, les différentes Fédérations sportives, mais aussi les représentants des Ministères de l’Education nationale, l’Enseignement supérieur, l’Enseignement technique, la Fonction publique et la Culture.

Ib’n KABA, depuis Kindia, pour Actujeune.com