Les ministères de la sécurité et de la défense viennent d’apporter des précisions, sur la situation des barrages routiers en Guinée. Dans un communiqué conjoint, les deux départements ont énuméré le nombre de barrages routiers, officiellement établis dans le cadre, non seulement du contrôle sanitaire, mais aussi de la sécurisation de la capitale Conakry.

Par la même occasion, ils précisent que tout autre barrage en dehors de ceux institués officiellement, est « illégal ». Les deux ministères rappellent également qu’au niveau des barrages routiers officiels, aucun autre montant d’argent ne devrait être payé par les citoyens, mis à part l’amende pour non-port de masque.

Ci-dessous, copie du communiqué conjoint

En conseil des ministres ce jeudi, Alpha Condé a exprimé sa volonté de mettre fin à la prolifération anarchique des barrages routiers. Pour lui, cette pratique est « très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route ».

Actujeune.com