Ce mercredi 05 mai, les employés de la société Bonagui ont déclenché une grève. Ils demandent à la direction générale de respecter son engagement, quant à l’adoption d’une nouvelle grille salariale, dont l’application « était prévue pour le 30 avril 2021 ».

Cette grève est la suite d’une première datant de 2020. Béreté Aboubacar, 1er délégué syndical de la Bonagui, rappelle qu’une commission composée de (l’inspection générale de travail, du syndicat et de la direction générale de la Bonagui), avait été mise en place, auparavant, pour l’élaboration d’une nouvelle grille salariale. Selon lui, « la grille salariale de la Bonagui ne répondait pas aux normes ».

Après que cette commission ait fini son travail en fin novembre 2020, « toutes les parties ont signé, et en principe cette grille devrait être appliquée au mois de janvier », précise le syndicaliste, avant d’indiquer que cela n’a pas été respecté, car la direction a finalement estimé « qu’il faut attendre le mois d’avril pour son application ».

Selon Aboubacar, pendant que les travailleurs s’attendaient à un changement le 30 avril, la direction générale de la Bonagui revient sur son engagement et dit ne pas pouvoir appliquer cette grille.

« Hier, on a convoqué une assemblée et les employés ont demandé à ce qu’on arrête le travail, on a demandé aux employés d’attendre jusqu’au aujourd’hui voir peut-être s’il y a une issue, mais la direction est restée catégorique, qu’elle ne peut pas appliquer cette grille raison pour laquelle les employés ont décidé que la grève continue parce que c’est une grève qui était suspendue », explique le syndicaliste.

Aux dernières nouvelles, les protestataires se sont rendus à l’inspection générale du travail avec la direction générale de la société, pour pouvoir trouver un compromis.

Aïssatou Djibril