Lors de son passage ce matin, chez nos confrères de FIM FM, le directeur du bureau Afrique de l’Ouest de Reporters Sans Frontières (RSF), s’est prononcé sur la place qu’occupe la Guinée dans le cadre du respect de la liberté de la presse. Le journaliste a indiqué que le pays d’Alpha Condé occupe cette fois la 109e place, contrairement à l’année 2020 où il était à la 110e.

A l’entame de ses propos, Hassane NDiaye a expliqué que ce qu’il a noté en Guinée, était valable dans beaucoup de Pays de la région. Selon lui, chaque fois qu’il y a une crise politique, « comme telle qu’on a vécu en Guinée avec l’annonce de la candidature pour un troisième mandat du Pr Alpha Condé, ça génère des crises politiques. Et le constat est que, quand il y a ces genres de crise, les journalistes encourent les pots cassés. Donc ils sont des victimes collatérales des crises politiques, on assiste à plus de harcèlements judiciaires, à plus d’agressions physiques, plus d’arrestations. Malheureusement, ce sont ces genres d’événements malheureux qui sont comptabilisés et qui souvent infligent dans des classements d’un pays donné, ça été le cas en Guinée »

« Ce qu’il faut savoir », selon Hassane, « est que la Guinée est toujours dans la zone rouge, donc c’est juste un petit progrès dans la zone rouge. C’est un classement si les autres baissent et ça été malheureusement la tendance globale en Afrique et la Guinée a su bénéficier de cette baisse des autres pays de la région pour avancer un tout petit peu dans le classement. »

« Le classement compte moins que le score du pays, et malheureusement le score de la Guinée le maintient toujours dans la zone rouge », conclut le Directeur du bureau Afrique de l’Ouest de Reporter Sans Frontière.

Saïdou DIALLO