Sur le marché à Kankan, pratiquement, les prix de tous les produits de première nécessité se sont envolés. C’est une triste, réalité à laquelle est confrontée la population, en cette période de Ramadan.

Partout, en Guinée, il est de coutume d’assister pendant le Ramadan, à la flambée des prix des denrées alimentaires de première nécessité. Cette année ne fait pas exception à la règle, à Kankan.

Le sac de riz blanc importé de 50 kg, qui coûtait l’année dernière en cette même période à 260 000 fg, le même sac coûte 280 000 fg. Le sac de riz importé ‘’Ciao’’, de 330 000 fg est passé à 345 000 fg. Le kilo du riz local de bonne qualité qui coûtait 8 000 fg aujourd’hui est à 9 000 fg et celui de qualité faible passe de 6 000 fg et 6 500 fg pour aujourd’hui 7500 fg et 8 000 fg.

Quant au sucre, le sac qui était vendu à 390 000 fg, se négocie à partir de 420 000 fg.

L’huile de palme de 20 litres quitte les 200 000 fg pour 220 000 fg, l’huile d’arachide de 290 000 fg, passe à 300 000 fg, 320 000 fg et même 325 000 fg par endroit.

Le Kilogramme de la pomme de terre qui coûtait 7 000 fg auparavant, se discute à 8 000 fg.  

Le kilogramme de viande, de 35 000 fg est vendu en ce moment sur tous les marchés de Kankan à 40 000 fg avec des os et 45 000 fg sans os.

Pour la petite boîte de Mayonnaise, le prix passe de 16 000 fg à 18 000 fg aujourd’hui. La boîte moyenne passe de 33 000 fg à 35 000 fg et la grande de 110 000 à 125 000 fg.

A l’image de toutes ces denrées, que nous venons de citer, les prix de plusieurs autres fortement consommées durant le ramadan, comme le pain et le beurre, ont aussi augmenté. Même si aucun commerçant n’a accepté de se prêter à nos questions, plusieurs d’entre eux ont soutenu que ces hausses sont dues à la crise sanitaire, mais surtout la crise économique qui frappe le pays.

N’nah NENE pour Actujeune.com