Ce sont en tout, trois ressortissants guinéens qui ont perdu la vie dans l’incendie survenu le lundi 19 avril, à Rue Heyvaert à Anderlecht en Belgique. Après Mamadou Diallo âgé de 25 ans, Alseny Sylla d’origine guinéenne et sa fille de 14 ans nommée Fatoumata, ont aussi été retrouvés morts sous les décombres, le mardi 20 avril, apprend-on.

Facinet Sylla, fils du défunt Alseny, explique comment il a été informé du drame : « Lundi, vers 14 heures, mon téléphone portable a sonné tout à coup. C’était un ami. Il m’a demandé si j’étais au courant pour l’incendie Rue Heyvaert, la rue où habitent mon père et de ma sœur ».

Après s’être rendu sur les lieux, Facinet dit être resté pendant des heures, espérant recevoir de bonnes nouvelles, mais en vain.

« Une policière était déjà venue me dire qu’ils avaient trouvé deux personnes, un adulte et un enfant », rajoute-t-il, avant de préciser qu’à ce moment, son père et sa sœur n’avaient pas encore été officiellement identifiés.

« Quand je suis arrivé, j’ai tout de suite compris : un tel incendie, tous ces dégâts, des heures de flammes, ils n’auraient tout simplement pas pu survivre à ça. J’avais raison. Papa et Fatoumata ne sont plus là. Je ne sais plus ce que je peux dire », s’est-il lamenté. Des propos rapportés par le quotidien 7sur7.

Selon les informations, le bâtiment de 4 étages de la rue Heyvaert, sinistré à la suite de l’incendie de lundi matin, comptait 11 logements et 9 ménages (28 personnes en tout), a indiqué mardi, en fin de journée le bourgmestre d’Anderlecht Fabrice Cumps. Alseny Sylla et Mamadou Diallo habitaient tous le dernier étage de l’immeuble. Au total, 30 personnes ont été blessées dans l’incendie, dont un enfant.

Aïssatou Djibril