La deuxième édition du concept After work politique, s’est tenue ce vendredi, sous le thème “Cherté du loyer en Guinée, quel dispositif législatif à adopter pour réglementer le secteur ? “. La rencontre a connu la présence de plusieurs députés à l’Assemblée nationale, des acteurs de la société civile, des représentants des partis politiques, des représentants des autorités communales, des chefs de quartier et des démarcheurs.

Pour cette édition, les parlementaires ont distribué une proposition de loi relative au bail à usage d’habitation. Une proposition qui a été diversement appréciée par des participants à cette rencontre.

Prenant la parole à cette occasion, l’honorable Habib Baldé, a expliqué le motif du choix de ce thème : « C’est parti d’un constat, de ce que chacun de nous vit quotidiennement : la cherté des loyers et avec cette situation d’anarchie qui règne dans le secteur. Donc le constat est venu de là. Raison pour laquelle nous avons décidé en tant que parlementaires, de faire revivre cette initiative de proposition de loi. Comme vous le savez, à la 8ème législature, nous avions pris l’initiative qui n’a pas abouti. Cette 9ème législature aussi, nous avons jugé de relancer les choses. Raison pour laquelle, nous avons prévu dans cette deuxième édition d’afterwork de traiter ce sujet ».

Pour l’adoption de cette loi après proposition à l’Assemblée nationale, Habib estime que l’espoir est permis parce que, explique-t-il : « Nous avons à la tête du parlement guinéen, un leadership très fort en la personne de l’honorable Amadou Damaro Camara, et au-delà de lui, vous avez tous ces jeunes parlementaires de la neuvième législature qui ont plus soif d’être retenus comme des députés qui ont fait des propositions de loi au lieu des députés qui ont adopté des projets de lois. Là, j’ai l’espoir que les choses vont aller bien et vite. L’une des plus belles aspirations que nous sommes en train de vivre, c’est de pouvoir réguler ce secteur du loyer en Guinée. »

Pour sa part, le chargé de communication du collectif pour la réglementation des loyers en République de Guinée, Lamine Kourouma, s’est réjoui de la volonté exprimée par les élus du peuple : « Ça a été un réel plaisir pour le collectif d’être invité à cet échange d’idées. Notre combat, c’est comment amener l’exécutif et les députés à prendre une loi pour réglementer le secteur. Nous sommes heureux de constater aujourd’hui qu’il y a un pas déjà qui est fait. Puisque les députés qui sont censés faire la loi ont déjà un projet »

Par ailleurs, Lamine Kourouma a déploré un aspect de cette proposition de loi : « J’ai lu comme d’autres éléments du collectif, très malheureusement, nous n’avons pas constaté la réglementation sur le prix de l’obtention des terrains. On suggère aux organisateurs et ceux qui ont élaboré le projet de faire participer les élus locaux, les chefs de quartiers, les chefs secteurs. Ils sont les plus proches des citoyens. »

Moussa Sy Savané, président des notaires, a quant à lui, indiqué l’augmentation du prix de loyer « est un truc d’intérêt causé par le vide réglementaire.»

Les initiateurs de cette proposition de loi, promettent de tenir en compte « toutes les suggestions » qui leur ont été faites, afin de réussir cette noble mission.

Saïdou DIALLO