Appelée « tuberculose multirésistante », elle n’est pour le moment pas connue par la majeure partie des citoyens. Les responsables du centre de traitement des épidémies de l’hôpital régional ont tiré la sonnette d’alarme. Ils demandent aux citoyens qui souffrent de cette maladie de venir se faire prendre charge.

Une nouvelle forme de tuberculose, appelée tuberculose multirésistante, menace les populations de Kankan. Elle est contagieuse et méconnue du grand public. Dr Sékou Condé, est le responsable du centre de traitement des épidémies de l’hôpital régional de Kankan, nous a apporté des explications sur cette nouvelle maladie.

« La tuberculose multirésistante est une forme de tuberculose qui résiste aux molécules. En termes clairs, c’est lorsque vous êtes résistants à deux molécules de la première ligne. Et, si c’est comme ça, on peut vous déclarer comme étant positif de la tuberculose multi-résistante »

Parlant de la détection de cette nouvelle forme de tuberculose, chez les patients, ce responsable sanitaire précise : « Vous partez faire un test de la tuberculose commune, après cette prise en charge de trois mois, le médecin qui vous suit, peut voir que vous êtes résistants à une ou plusieurs molécules de la première ligne, il va vous renvoyer pour faire un autre examen à l’hôpital régional de Kankan. Donc, si c’est confirmé, on va vous référer chez nous pour faire une prise en charge ».

Dr Condé demande aux citoyens victimes de la tuberculose pulmonaire de suivre régulièrement leur traitement pour éviter la tuberculose multirésistante : « Ceux qui ont la tuberculose pulmonaire doivent faire un suivi rigoureux, c’est ce qui est normal. Il faudrait qu’ils passent prendre leur médicament. Et, une fois qu’ils sont déclarés positifs à la tuberculose multi-résistante, ils se dirigent vers le centre pour une prise en charge. »

Actuellement, 15 patients sont suivis au centre de traitement de la tuberculose multi-résistante de l’hôpital de Kankan, selon les médecins. Ces malades viennent des régions de Faranah et Kankan. La prise en charge est gratuite.

N’nah NENE pour Actujeune.com