A travers un communiqué rendu public ce jeudi 8 mars 2021, le Front national pour la défense de la constitution FNDC), a tenu à informer le peuple de Guinée que « le dictateur Alpha Condé » et son clan, comptent utiliser la hausse du prix du carburant « pour réparer les dégâts financiers causés par le coup d’État constitutionnel ». Le mouvement invite donc les citoyens guinéens à opposer un refus.

Dans ledit communiqué, il est mentionné que sans « aucune mesure d’accompagnement, le clan d’arrivistes qui nous opprime s’apprête à surtaxer le carburant de façon exponentielle et insupportable pour le peuple de Guinée. Pour rappel, dans les pays voisins, quand un gouvernement responsable utilise la surtaxe sur le carburant, il met aussitôt en œuvre des mesures d’accompagnement idoines à travers, par exemple, des bus dans toutes les grandes villes, des primes de transport, des baisses des frais hospitaliers ou scolaires etc…»

Selon le contenu de ce document, les partenaires économiques et sociaux du FNDC « ont examiné en profondeur la structure des prix de produits pétroliers à la date du 1er avril 2021. L’analyse a montré que le prix de revient d’un litre d’essence au port de Conakry s’élève à seulement 5.365 GNF. A ce prix, l’on peut ajouter les frais d’entreposage, la taxe communautaire, les frais de transport et les marges de distribution ou l’ensemble des frais subsidiaires qui s’élèvent à932 GNF. Ainsi, le prix de revient à la station (toutes charges inclues) d’un litre d’essence est de6.297 GNF.»

Pour le mouvement piloté par des acteurs de la société civile guinéenne, en vendant le litre au prix actuel de 9.000 GNF « le dictateur Alpha Condé et ses suppôts prélèvent déjà plus de2.700 GNFcomme taxe sur chaque litre d’essence. Cela équivaut à un taux de prélèvement de plus de42%. Le document officiel et confidentiel du Ministère des hydrocarbures qui donne tous les détails est joint au présent communiqué du FNDC.»

Aux dire du FNDC, si le gouvernement appliquait le taux normal de TVA sur le carburant, le prix total d’un litre d’essence « (y compris tous les frais et taxes) devrait être de7.431 GNF. Malheureusement pour le peuple de Guinée, après avoir vidé les caisses de l’état pour corrompre, financer des campagnes et des simulacres d’élections, le dictateur Alpha Condé et son clan font désormais face aux conséquences de la saignée financière provoquée par leur forfaiture. Comme si tout cela ne suffisait pas, pour maintenir leur train de vie, ils ont décidé d’imposer aux populations une surtaxation injustifiée sur le carburant qui est actuellement vendu au prix excessif de 9.000 GNF.»

Le mouvement anti-troisième mandat fait également remarquer que « le dictateur Alpha Condé qui n’a aucune pitié pour les pauvres populations menace encore d’augmenter les taxes à tous les niveaux, y compris pour « des vendeurs de piments », avant de mentionner : « Hors, les prix actuels du litre de carburant et de toutes les denrées alimentaires de première nécessité sont anormalement élevés par rapport au pouvoir d’achat des guinéens qui sont misérablement appauvris par des années de mauvaise gouvernance. Pour faire avaler cette pilule amère aux pauvres populations, il cherche désespérément à préparer les esprits en annonçant dans un ton menaçant plein d’arrogance une hausse du prix du carburant dès la fin du mois de Ramadan. Aucune mesure d’accompagnement n’est annoncée pour les fonctionnaires, les étudiants, les élèves et le reste de la population.»

Par ailleurs, le FNDC dit dénoncer cette mesure d’appauvrissement que « le dictateur Alpha Condé veut imposer aux populations et invite le peuple de Guinée à refuser de payer la facture trop salée du troisième mandat.»

Saïdou DIALLO