Lors de la récente rencontre initiée par le Président de la République Alpha Condé, entre le candidat déclaré Kerfalla Camara “KPC” et le potentiel candidat à sa propre succession à la présidence de la Feguifoot Antonio Souaré, le sujet sur « l’inéligibilité » pour un second mandat du président sortant a été abordé, avons-nous appris.

Selon les informations rapportées par nos confrères de Guineenews, Kerfala Camara (KPC), a, devant le Président Alpha Condé, égrené les griefs qu’il a contre la candidature d’Antonio Souaré, parmi lesquels « l’inéligibilité » de ce dernier, pour cause de sa condamnation pour violation du code d’éthique de la FIFA. La rédaction d’Actujeune.com a, vu l’importance du sujet, pris le soin de faire un focus sur la question.

La Condamnation d’Antonio Souaré par la commission d’Éthique de la FIFA

La Commission d’éthique de la FIFA a condamné le président de la Feguifoot, pour « violation du Code d’Ethique de la FIFA (FCE) ». Le patron du Horoya AC a été sommé de payer « une amende de 20 000 francs suisses, dans un délai de 15 jours à compter de la notification du présent jugement ». Ce délai étant passé sans qu’aucune information ne soit donnée sur la suite, tout porte à croire qu’aucun appel n’a été fait de la décision. L’instance l’a fait savoir à travers une décision rendue le 09 mars dernier, dont la rédaction d’Actujeune.com dispose copie et l’a publiée précédemment. 

La chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA, dans sa note officielle, a également précisé qu’un « accord de sanction par consentement mutuel ou de plaider coupable » avait été signé en février dernier, entre Antonio Souaré et la chambre d’enquête de la Commission d’Ethique de la FIFA. Ce qui prouve sans doute que le principal mis en cause, a reconnu les faits qui lui sont reprochés. 

Que disent les statuts de la FEGUIFOOT sur les critères d’éligibilité ?

L’article 33-4 des statuts de la fédération guinéenne de football définit clairement les critères d’éligibilité au comité exécutif de l’instance. Il dispose que « Les membres du Comité Exécutif doivent satisfaire aux exigences suivantes : 

• Être de nationalité guinéenne et résider de manière permanente sur le territoire de la République de Guinée ;

• Avoir vingt-cinq ans révolus à la date de l’Assemblée Générale élective ;

• Jouir de ses droits civiques ;

• Ne pas avoir précédemment été jugé coupable de toute affaire criminelle incompatible avec le poste ; 

• Ne pas avoir été jugé coupable de violation du Code d’éthique de la FIFA, et/ou de la CAF et/ou de la FGF durant les cinq (05) années précédant la candidature ;

• Justifier d’une expérience managériale dans le football (membre d’un Comité exécutif ou Secrétaire général d’un membre) d’au moins trois (03) ans durant les cinq (05) années précédant la candidature »

La condamnation d’Antonio, « notifiée » au secrétaire général de la FEGUIFOOT 

Après avoir rendu son jugement, la commission d’éthique de la FIFA a fait une notification de son verdict au secrétaire général de la Fédération guinéenne de football. Ce dernier « refuserait » pour l’heure de transmettre ledit jugement à la commission d’éthique de la FEGUIFOOT, qui a la charge de vérifier toutes les candidatures avant le congrès électif, nous rapporte une source bien introduite. 

Une plainte contre Antonio Souaré adressée à la Commission d’éthique de la FEGUIFOOT 

Salifou Camara “Super V”, ancien président de Guineefoot, a adressé le 23 mars dernier, une plainte aux membres de la Commission d’éthique de la Fédération guinéenne de football. Celle-ci vise le président de la FEGUIFOOT, Mamadou Antonio Souaré et l’accuse de « violation de l’article 24 du code d’éthique de la FIFA ».

Selon le plaignant, Antonio Souaré « s’est rendu coupable de faux, usage de faux, falsification de documents juridiques relatifs à sa société Guinée Games ». Il précise qu’après avoir déposé des plaintes contre le président sortant de la FEGUIFOOT, devant la commission d’éthique de la FIFA, ce dernier « a été jugé et reconnu coupable de violation des articles 19 et 25, Edition 2012 du code d’éthique de la FIFA ».

Précisant que « chacun des articles violés (19 et 25, Ed 2012), vaut 2 ans d’interdiction de la pratique liée au football », Super V, dans sa plainte, invite la Commission d’éthique de la fédération, « à juger et éventuellement sanctionner conformément aux textes réglementaires ».

Au regard de ces éléments évoqués, la candidature d’Antonio est compromise. Elle pourrait être rejetée avec un examen sérieux de la commission d’éthique de la FEGUIFOOT et la commission électorale qui sera constituée. 

Selon certains observateurs, après cette condamnation d’Antonio Souaré par la FIFA, si ce dernier « se présente et est élu, la Guinée sera suspendue de toutes les compétitions de Football ».

La Fédération guinéenne de football tiendra ce mercredi 31 mars, une assemblée générale extraordinaire. L’occasion sera mise à profit pour ouvrir le dépôt des candidatures, mais aussi mettre en place les différentes commissions, notamment la commission électorale et la commission de recours.

Actujeune.com