Intervenant dans une émission chez nos confrères de Djoma Médias, ce mercredi 17 mars, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Ibrahima Kourouma a fait une mise au point sur les opérations de déguerpissement à Camayenne, commune de Dixinn. Dans ce quartier les marquages en croix rouges des immeubles et hôtels le long du littoral, ont disparu quelques temps après, sans que rien ne soit détruit.

Donnant les raisons pour lesquelles, il n’y a pas eu de destruction à ce niveau, Ibrahima Kourouma explique : « Tous ceux qui ont fait des remblais, déjà vous avez la situation qui est apparente au niveau de la Camayenne, ils ont été facturés à 3 milliards 800 millions gnf qui sont versés dans les caisses de l’État. Si vous avez le temps vous venez, je vous donne la copie ».

Poursuivant, le ministre annonce : « Nous avons envoyé une équipe pour faire les levées, parce que le coin est immatriculé au nom de l’État. C’est un moyen pour un premier temps pour permettre de mettre fin à ces pratiques. On ne baille pas, il est immatriculé au nom de l’État et l’État fait ce qu’il veut ».

À Conakry, plusieurs occupations qui bordaient le long des artères ont été déguerpies. L’opération pourrait se répandre dans les villes de l’intérieur du pays, dans les prochains jours.

Aïssatou Djibril