Une réunion d’urgence a mobilisé à Conakry, les Ministres de la Santé et chefs de délégation de la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissao, le Libéria, le Sénégal et la Sierra Leone. Elle s’est tenue le mardi 02 mars et a abouti à l’adoption d’une stratégie commune, pour lutter effectivement contre l’épidémie à virus Ebola.

Au cours de cette rencontre, les Ministres ont soulevé l’importance de la rencontre pour convenir des stratégies de prévention, préparation et réponse face à la maladie à virus Ébola en Guinée, et « ont salué la prompte réaction du Gouvernement de la République et les actions de riposte en cours… », mentionne le gouvernement.

Les représentants des pays frontaliers de la Guinée et les autorités guinéennes, sont convenus sur plusieurs points, dont entendre autres :  

« Engager une coordination régionale de lutte contre la maladie à virus Ébola avec une collaboration transfrontière, y comprise la mobilisation des communautés ; Renfoncer les dispositions pour un échange d’informations en temps réel sur la situation épidémiologique et le suivi des contacts et les mouvements transfrontaliers ; Renforcer la résilience et la réinsertion sociale des survivants par la prise de mesures facilitant l’adhésion des communautés…».

Les 24 heures de travaux ont permis aux Ministres et chefs de délégation, de prendre également « connaissance de la situation de l’épidémie de la maladie à virus Ébola, ainsi que le Plan National de réponse en cours en Guinée ».

Le Ministre guinéen des affaires étrangères a, au nom du Président Alpha Condé et du gouvernement, « remercié les partenaires d’avoir fait le déplacement sur Conakry », tout en assurant par avance « de la bonne disposition du Gouvernement Guinéen, à mettre en œuvre les recommandations formulées… ».

Par ailleurs, le chef de la diplomatie guinéenne, a expliqué le motif de la tenue de cette réunion « urgente » à Conakry : « Nous avons souhaité organiser cette rencontre avec vous, afin d’échanger les informations utiles du moment et partager nos expériences respectives dans le but d’avoir une ligne d’actions communes… ».

Saïdou DIALLO