Au terme de sa visite à Conakry, le président de la fédération sénégalaise de football, a animé ce vendredi un point de presse. Il s’est exprimé sur la prochaine présidentielle à la CAF, en soulignant l’impact positif de l’élection d’un candidat ouest-africain, a la tête de l’instance.

Maître Augustin Senghor, a affirmé que sa volonté a « toujours été d’avoir un candidat de l’unité et j’ai effectué les démarches pour ça. Nous avons conscience, que si nous sommes plus unis, nous serons plus forts, et nous ne perdrons pas cette opportunité pour notre sous-région Ouest-Africaine, de pouvoir enfin présidé aux destinées de la CAF ».

Rappelant que l’Afrique de l’Ouest est « pratiquement la seule zone géographique qui n’a pas encore eu l’honneur d’être portée à la tête de la CAF », le président de la fédération sénégalaise de football assure : « Nous sommes bons sur le terrain, nous produisons les meilleurs talents, nous posons les meilleures résultats. Et Je suis persuadé aussi que le jour où un ouest africain dirigera la CAF, la CAF elle-même au niveau du management sera encore mieux ».

Pour l’élection à la présidence de la CAF qui aura lieu le 12 mars à Rabat, ce sont le sénégalais Augustin Senghor, le Mauritanien Ahmed Yahya, l’Ivoirien Jacques Anouma qui se sont présentés pour la zone Ouest Africaine.

Aïssatou Djibril