Ce mercredi 10 février, le Consortium des Associations des Jeunes pour la Défense des Victimes de Violences en Guinée (COJEDEV-Guinée), a présenté à la presse un projet de plaidoyer, destiné à l’Etat guinéen. A travers cette initiative, il plaide pour une indemnisation provisoire des victimes de violences des droits de l’homme, allant de la période 2010 à 2019, dans les zones spécifiques de Conakry et N’Zérékoré.

Face aux différents problèmes, auxquels sont quotidiennement confrontées de nombreuses victimes de violations des droits de l’Homme, l’ONG COJEDEV a entrepris, « une action de plaidoyer pour une indemnisation provisoire des victimes de violations des droits de l’Homme de la période 2010-2019, grâce à un accompagnement technique et financier de African Transitonal justice Legacy Fund( ATJFL) ».

Pour justifier cette action, le COJEDEV par la voix de son Président Mamadou Boussouriou Diallo, cite les raisons ci dessous : « Les différents accords politiques inter-guinéens qui prévoient une indemnisation provisoire des victimes.
– Le Code de Procédure Pénale révisé de 2016.
– La Politique de la Justice Transitionnelle de l’Union Africaine dans sa Section Eléments indicatifs de la justice transitionnelle, volet réparation, paragraphe 66, Sous-paragraphe 6 qui dispose que : « là où il faudrait attendre à ce qu’une longue période s’écoule avant la mise en œuvre d’un programme complet de réparation, il faudrait prévoir des réparations provisoires ».

Pour atteindre ces objectifs, le consortium dit avoir entrepris plusieurs tâches qui sont entre autres : « Elaboration et Validation d’un questionnaire d’identification des besoins des communautés de victimes. L’identification et Formation des agents moniteurs des violations des droits de l’Homme à Conakry et N’zérékoré. Consultation de 120 victimes de violations des droits de l’Homme de la Période 2010-2019 à Conakry et Nzérékoré. Renforcement des capacités des communautés de victimes sur les notions de réparations en relation avec la Justice Transitionnelle à Conakry. Création et opérationnalisation d’une base de données »

Selon le COJEDEV, ces actions permettront à la Guinée, à l’image d’autres pays africains, de poser les bases d’une véritable justice transitionnelle, qui devra aboutir « à la vérité, au pardon, à la justice et aux réparations des préjudices causés par l’Etat ».

Aïssatou Djibril