Le week-end dernier, Alpha Condé a donné des explications, à  son slogan « gouverner autrement » en faisant une panoplie d’annonces. Une sortie du Président qui suscite assez de réactions, dans l’arène politique du pays.

A travers un entretien téléphonique qu’il a accordé à notre rédaction, le Président du parti Union des forces démocratiques (UFD), a indiqué qu’il n’y a aucun motif d’espérer « quoi que ce soit de positif » après les annonces du chef de l’État. Ce député laisse présager que les dispositions évoquées ne seront respectées que pendant un petit laps de temps.

Pour Honorable Mamadou Baadiko Bah, la population guinéenne qui attendait « un signal fort » de gouverner autrement « n’a absolument rien vu ». Il révèle qu’en ce début de semaine, le Président Alpha Condé « est allé vérifier si les gens sont dans les bureaux, je me suis dit  pauvre de lui, est-ce qu’il va pouvoir supporter tous les jours. Nous connaissons en Guinée dès qu’il y a une mesure de contrôle, les gens font profil bas pendant quelques jours,  pour ne pas être sanctionnés et après les mauvaises habitudes reprennent comme le plus bel. Moi je ne vois absolument aucun motif d’espérer quoi que ce soit de positif de ce slogan “gouverner autrement “».

Le Président du parti Union des forces démocratiques, rappelle que le Président de la République « a été élu dans des conditions que nous savons tous, on ne comprend pas pourquoi il est aussi en panne pour former son gouvernement ».

L’élément nouveau que le député de la neuvième législature guinéenne dit avoir trouvé dans le discours du locataire de Sekoutoureyah « c’est qu’il a quand même donné un délai pour la réalisation des objectifs de gouverner autrement, il a dit que c’est un an. Ce qu’il n’a pas fait en dix ans, on se demande comment il va faire ça en 6 ans. Mieux encore, il dit que dans un an on va voir les résultats. Avec tous ces gens qui sont là, avec qui il a travaillé durant tout ce temps, vous comprendrez bien qu’on soit extrêmement septique sur la façon dont cela va se réaliser. On verra bien ce qui adviendra mais il y  a lieu d’être extrêmement septique, parce qu’on ne va pas toucher aux véritables problèmes de fond qui déchirent la République , la déchirure communautaire est là. On vie dans un système d’exclusion ethniquie ».

Par ailleurs, l’opposant invite les citoyens à comprendre que la Guinée « a un énorme déficit démocratique. Elle a été habituée à la dictature c’est-à-dire l’intolérance, le refus de respecter l’opinion d’autrui, la tendance à tout régler par la violence physique et verbale, et qu’il faut qu’on tourne totalement dos à cela, qu’on se dote d’Institutions fédérales nous permettant enfin de nous appuyer à la construction réelle du pays pour le bien-être de ses habitants ».

Saïdou DIALLO