A travers une déclaration lue ce dimanche au seuil de la rentrée du siège du parti au pouvoir, les jeunes du RPG Arc-en-ciel, ont demandé au Président Alpha Condé, de mettre la Ministre Zenab Dramé, accusée d’un présumé détournement de 200 milliards GNF, à la disposition de la justice. Ils ont également invité la présumée auteure à démissionner du gouvernement.

Réagissant à cette sortie de ces jeunes, le Président de la Jeunesse CEDEAO en Guinée, a qualifié leur déclaration d’« infondée ».

Dora Aboubacar Koita a d’abord précisé que la Ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploie « bénéficie de la présomption d’innocence. Et la nomination en République de Guinée est un pouvoir discrétionnaire du Président de la République conformément aux dispositions constitutionnelles ». Donc pour lui, « Il (le Président Alpha Condé ndrl) peut choisir les personnes qui peuvent faire son affaire ».

Pour le cas spécifique des jeunes du parti au pouvoir, cet activiste de la société civile, estime que leur déclaration « ne peut être fondée dans la mesure où, l’affaire est devant la justice. Le parquet de la juridiction de Kaloum a vraiment eu l’audace de nous démontrer combien de fois qu’il traite cette affaire avec responsabilité. Le rôle joué par ce tribunal par rapport à la poursuite de la Ministre contre les journalistes, illustre parfaitement que sa nomination n’est peut aucunement impacter la procédure judiciaire. La justice doit garder son indépendance, son autonomie, pour ne pas que son statut ou son rang d’aujourd’hui puisse impacter le bon déroulement de la procédure. Nous avons demandé et nous continuerons à demander à cette justice, d’accélérer son travail, afin de nous situer sur les véritables auteurs et commanditaires dans cette affaire de détournement ».

Koïta pense que ces jeunes grognards doivent « se ressaisir », et affirme que c’est au Président de la République de se soucier à la concrétisation de son slogan “gouverner autrement”, qui doit se manifester dans le choix des ministres : « il ne faut pas que la nomination se focalise seulement dans la récompense politique. Il faut nommer des technocrates qui sont à mesure de relever les défis de développement de notre pays ».

Saïdou DIALLO