Le procès pour exiger l’ouverture des sièges et locaux de l’UFDG, qui était prévu pour ce mardi n’a pas eu lieu. L’audience a été ajournée par le tribunal de première instance de Dixinn et fixée à demain mercredi, à 14 heures.

Les avocats de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), ont été informés à la dernière minute que « l’audience ne pourra pas avoir lieu ce mardi pour des « raisons techniques ».

Me Alsény Aïssata Diallo dénonce que la fermeture des bureaux de ses client est « extrêmement grave » et affirme que : « La police est partout, la justice nulle part. Donc nous sommes en train de nous battre pour que la justice ordonne l’ouverture des bureaux et siège du parti pour que les assemblées générales reprennent. Et, nous avons l’espoir que le tribunal va assumer sa responsabilité en rétablissant l’UFDG dans ses droits de tenir ses assemblées générales ».

Trois départements ministériels sont concernés par la plainte de l’UFDG, notamment « le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, le ministère de la Défense nationale, et le ministère de la Sécurité et de la protection civile ».

Aïssatou Djibril