Après avoir lancé des alertes il y a de cela quelques jours, les tenanciers des kiosques Orange Money à Kankan passent enfin à la vitesse supérieure. Très tôt ce jeudi les populations de la ville se sont réveillées avec cette nouvelle, la presque totalité de l’activité économique est à l’arrêt pour cause, il n’y a ni retrait encore moins de dépôt d’argent via le service Orange Money.

Moussa Tinkiano, porte parole du Mouvement des Points de Vente Orange Money donne les raisons : « Nous travaillons avec Orange, mais Orange ne fait que nous exploiter, c’est pourquoi on s’est organisé pour créer un mouvement. Dans ce mouvement, on fait une plateforme revendicative adressée aux autorités. Aujourd’hui, nous sommes en grève contre Orange pour avoir diminué de façon progressive les frais de commission ».

Selon lui, ces frais de commission qui étaient de 7.000 GNF pour chaque retrait de 1.000.000 GNF sont désormais de 4 987 GNF : « En 2019, les points de vente recevaient 7.000 GNF pour un retrait de 1.000.000 GNF. Au mois de juin 2019, la compagnie Orange Guinée a prélevé 700 GNF sur nos commissions et on s’est retrouvé avec 6.300 GNF en nous promettant de revenir à la commission initiale, c’est-à-dire les 7.000 GNF trois mois après. Ce délai est passé, elle n’a rien dit. En 2020, elle est revenue deux fois en diminuant ces commissions et aujourd’hui, on se retrouve avec 4 987 GNF ».

Pour terminer, ce mouvement composé de nombreux jeunes diplômés sans emploi exige à Orange Guinée de « revenir sans délai sur les 7.000 GNF sur chaque retrait de 1.000.000 GNF ; rembourser les quatre mois des 15% pris sur le dépôt ; protéger les points de vente contre les arnaqueurs ; revoir à la hausse les commissions sur les E-recharges », faute de quoi, ils menacent de lancer une grève nationale.

« Pour le moment, nous déclenchons la grève au niveau de Kankan. Mais, nous sommes en train de mettre sur pied, une commission qui effectuera le déplacement pour les autres régions », a précisé Moussa.

N’nah NENE