Le Secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée ( SLECG) était l’invité de l’émission les “Grandes gueules” de la radio Espace Fm ce jeudi 14 janvier 2021. Dans son intervention, Aboubacar Soumah a exprimé la déception du mouvement dont il est le premier responsable, vis-à-vis de l’État guinéen. 

C’est en parlant du bilan de leur combat au courant de l’année 2020, que le patron du SLECG  a martelé que leurs revendications n’ont pas été « satisfaites ». Selon lui, « Le gouvernement a fait la sourde oreille à nos revendications. Le dialogue a été bloqué parce qu’il n’a pas été ouvert. Donc, nous sommes vraiment déçus de la part de notre partenaire (le gouvernement ndlr), puisque selon les textes qui nous régissent, lorsque le travailleur se plaint, il est de son droit de le faire appel sur la table, discuter du problème pour trouver une solution ».

Aboubacar affirme que la grève qu’ils ont déclenchée, « n’a pas été utilisée par plaisir. Nous ne voulions pas mettre en cause la formation de nos enfants.  Nous l’avions utilisée parce que, c’était la dernière arme. Nous avons tout fait pour que le gouvernement puisse faire appel pour ne pas en arriver là ».

A côté de la grève des enseignants, l’année scolaire 2019-2020, a été aussi perturbée,  par la pandémie du Covid-19 en Guinée. 

Saïdou DIALLO