Plusieurs acteurs de la société civile guinéenne, ont pris part à l’investiture du Président Alpha Condé, ce mardi 15 décembre, au palais des Nations. Présent à cette cérémonie, le Président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG), a exprimé ses attentes pour ce troisième mandat.

D’entrée de jeu, Dr Dansa Kourouma a fait remarquer qu’il est «  important d’être témoin de l’histoire. De suivre le discours, tirer les enjeux pour qu’à notre tour en tant qu’organisation de la société civile, soyons capable de faire un monitoring de ses discours ».

Aux dires de Dansa , la société civile guinéenne attend du Président de la République « la réconciliation nationale, le respect des droits humains en donnant à la justice la force, l’indépendance et l’intégrité ».

A cette liste, le Président du CNOSCG rajoute « la réforme institutionnelle ». Selon lui, toutes les institutions du pays sont aujourd’hui « en crise ». Et cette crise précise-t-il « se traduit par un certain nombre des faits et le Président de la République et le premier ministre, doivent se pencher à la création des conditions de confiance à ces institutions. Donc il faut créer, refonder et renforcer les institutions qui existent ».

La lutte contre la corruption et l’impunité, font aussi partie de l’attente des organisations de la société civile. Son Président indique que lutter contre la corruption « sous entend que le Président de la République doit avoir le courage de se lever lui-même et s’attaquer au système mis en place. Un système qu’il a trouvé, qu’il n’a pas pu dementeler. Et tant que durera ce système, toute initiative de lutte contre la corruption, de redistribution de la richesse, d’intégrité dans l’action publique sera une forte illusion. »

Saïdou DIALLO