Une conférence de presse s’est tenue ce lundi, dans la capitale guinéenne, animée par un collectif de citoyens. Au menu, il était question de faire « un plaidoyer pour l’accès des personnes porteuses de handicap dans les immeubles en Guinée » .

Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif et conférencier, a, dans son intervention, évoqué la problématique d’accessibilité dans les immeubles, pour les personnes à mobilité réduite.

« …J’envisageais d’entreprendre une démarche pour attirer l’attention de nos décideurs sur la problématique de l’accessibilité des personnes en situation de handicap dans les immeubles, et autres lieux publics et privés.. Au plan socioculturel, la personne souffrant de handicap vit dans un environnement qui détermine l’image qu’elle se fait d’elle-même et les rapports qu’elle entretient avec son milieu. Les relations sont souvent tendues avec les personnes valides…».

Au cours de la conférence, plusieurs propositions de solution ont été avancées par les initiateurs. Ce sont entre autres :

« 1- il serait judicieux qu’une commission interministériel se penche sur les conditions d’application de la loi portant protection et promotion des personnes handicapées. En d’autres termes, un mécanisme de suivi instaurer.
2- le code de l’ordre national des architectes est à revoir en son volet installation des ascenseurs. Actuellement, c’est à partir d’un immeuble de cinq étages, que l’ascenseur est obligatoire, cette norme de construction est à revoir pour exiger à partir du troisième étages un ascenseur.
3- pour mieux appréhender la promotion et la protection des personnes handicapées, nous suggérons la création d’un secrétariat d’État ou un haut -commissaire chargé des personnes handicapées La typologie personnes vulnérables couvre une pluralité de couches vulnérables, dont le gestion exige une certaine spécialisation »

Au cas où leur plaidoyer n’est pas pris en compte par les autorités, le collectif envisage de faire recours aux manifestations de rue.

« Lorsqu’il n’y aura pas la compréhension, nous avons un plan, nous allons réunir les centaines de personnes handicapées pour descendre dans la rue, soit la présidence ou bloquer le département », prévient Bernard Kamano, responsable de fédération guinéenne pour la promotion des associations des personnes handicapées ( FEGUIPAH).

Félicité LAMAH