Le gouvernement guinéen à travers le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a fixé 250 000 GNF pour l’inscription des étudiants et 200 000 GNF pour la réinscription. Les concernés disent trouver ces montants « trop élevés » et sollicitent auprès des autorités un rabais.

Joint au téléphone par la rédaction d’Actujeune, le Président du collectif des étudiants des Universités publiques de Guinée, indique que des démarches sont déjà entreprises avec le Ministère de tutelle.

« Personnellement j’ai échangé avec le Ministère de l’Enseignement supérieur, et les jours à venir, nous irons plaider la cause des étudiants auprès du département, pour voir comment ils vont diminuer les prix », a annoncé Alpha Oumar Tourkoun Diallo.

Au nom du collectif, notre interlocuteur demande aux étudiants « de patienter ». Il promet que : « Si toutefois nous trouvons une issue favorable par rapport aux frais d’inscription et de réinscriptions, ceux qui se sont déjà inscrits, on va retourner leurs argents. Et si on arrive pas à trouver une solution, en tant que représentant des étudiants nous allons nous battre pour que tous les services (assurance médicale, achat de livrets universitaires, les prix des diplômes d’étudiants…) prévus avec cet argent, soient exécutés avec la plus grande rigueur ».

Des étudiants souhaitent que les prix soient revus entre 50 000 à 30000 GNF, d’autres proposent même 15 000 GNF. Alpha Oumar pense qu’il faut être « raisonnable » et estime que « 15 000 francs guinéens est trop petit ».

A rappeler que depuis le 1er décembre, les classes des différentes universités du pays ont ouvert et les cours se poursuivent.

Saïdou DIALLO