Il y a de cela 30 ans jour pour jour, que le président tchadien Idriss Déby Itno est à la tête du pays. Récemment, le leader du mouvement patriotique du salut (MPS) a été élevé au grade de maréchal.

Idriss Déby accède à la magistrature suprême, le 1er décembre 1990 en renversant l’ex président Hissène Habré, suite à un coup d’État. Son arrivée est considérée par nombreux des sympathisants du MPS, comme un vent de liberté, après des années de « dictature » sous le règne de Habré.

Trente années de gouvernance plus tard, l’opposition de son côté, dénonce des démarches du Président de 68 ans qui, selon elle, sont de nature à mettre en péril la démocratie.

« De tripatouillages en modifications, on a vidé la Constitution de sa substance. On a enlevé le Sénat, la décentralisation qui devait être mise en place ne l’a pas été, et finalement le verrou limitant le nombre de mandats a sauté… On a fini par changer la République en instituant une sorte de monarchie », fustige Salibou Garba, leader de l’opposition, rapporté par RFI.

La prochaine élection présidentielle au Tchad, est prévue pour l’année prochaine. Le MPS, parti au pouvoir serait déjà en ordre de bataille pour ce rendez-vous.

A rappeler que le Tchad est confronté à une instabilité marquée par des violences intercommunautaires.

Félicité LAMAH